La mobilisation se poursuit contre l'uranium au Québec : Plus de 1500 mémoires déposés au BAPE

National
Communiqué

La mobilisation contre les mines d’uranium prend une ampleur rarement vue au Québec, avec une deuxième caisse pleine de 1000 mémoires signés pas différents citoyens du Québec qui sera déposée ce matin à 11h00am au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) à Québec. « Ce sont 1000 mémoires qui s’ajoutent aux 500 déjà déposés au BAPE il y a trois semaines, pour un total de 1500 mémoires. C’est impressionnant, on sent vraiment un vent défavorable à l’exploitation de ce minerai radioactif au Québec », constate Christian Simard, directeur général de Nature Québec et membre de la campagne Pour un Québec sans uranium. Cette deuxième vague de mémoires survient le jour de la date butoir annoncée par le BAPE pour le dépôt des mémoires. Des consultations publiques auront lieues dans différentes villes du Québec en novembre et en décembre 2014. Le rapport du BAPE sera remis au gouvernement du Québec au printemps 2015.

Déchets radioactifs
« Les profits découlant de l'exploitation minière de l'uranium sont de courte durée, mais les tonnes de déchets miniers laissés derrière demeurent toxiques et radioactifs pendant des milliers d'années. Cela n’est pas du développement durable et représente un fardeau inacceptable pour le Québec, les communautés affectées et les générations à venir », affirment d’une même voix Dr. Éric Notebaert et Dr. Isabelle Gingras, membres de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME).
 
« Nous invitons le Québec à suivre l’exemple d’autres populations dans le monde qui ont tourné le dos à ce minerai radioactif et qui ont plutôt privilégié d’autres types de développements. C’est notamment le cas de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse et de l’État de Virginie, près de chez nous », explique Ugo Lapointe, porte-parole de la  Coalition Québec meilleure mine.
 
Faites-vous entendre en novembre et décembre
Les Québécois sont invités à exprimer leur opinion en personne lors des audiences du BAPEqui auront lieu dans différentes villes et régions du Québec, notamment à Montréal (17 nov.), à Kipawa (19 nov.), à Sept-Îles (24-25 nov.) et à Québec (27-28 novembre). Le BAPE tiendra également des séances spéciales pour entendre les nations autochtones à la Baie-James (11-12-13 novembre), au Nunavik (1ère semaine de décembre) et à Montréal (15 décembre). Les citoyens et les organismes qui veulent présenter en personne leur opinion devant le BAPE doivent le signifier au BAPE : uranium@bape.gouv.qc.ca, 418 643-7447 p. 422.
 
Signez et déposez un mémoire modèle en ligne
Pour faciliter la participation et la mobilisation des citoyens préoccupés par l’exploitation de l’uranium au Québec, des mémoires modèles ont été préparés et peuvent être signés et déposés au BAPE en ligne sur notre site dans la section Passez à l'action, Envoyez une lettre au BAPE et au gouvernement
 

Campagne internationale
En parallèle de cette mobilisation au Québec, la Première nation Crie du nord du Québec, avec le Grand chef Matthew Coon Come en tête, poursuit une campagne internationale contre l’exploitation uranifère au Québec. De passage en Allemagne au début d’octobre, la délégation se rendra bientôt en Inde et en Australie, l’un des plus grands producteurs d’uranium dans le monde. Partout, les Cris rencontrent différents experts internationaux, des populations affectées par l’uranium, et présentent un court métrage portant sur les risques du minerai radioactif pour la santé, l’environnement et leurs communautés. « Nous anticipons également le dépôt de plusieurs mémoires au BAPE en provenance de l’international encourageant le Québec à ne pas aller de l’avant avec les mines d’uranium, premier maillon de la chaîne du nucléaire » de conclure M. Lapointe.