Les mines d’uranium désaffectées continuent de hanter les Navajos

International

Crédit photo Wolfgang staudt 

Situés aux États-Unis dans les réserves du Nord-Est de l’Arizona et des régions limitrophes du Nouveau-Mexique et de l’Utah, les Navajos sont une communauté autochtone des États-Unis. Ils représentent la nation autochtone la plus prospère du pays avec un revenu plus élevé que tous les autres peuples amérindiens et possèdent plus de 17.2 millions d’acres de terres ce qui en fait la plus vaste aux États-Unis.

Les Navajos sont confrontés à un important problème : les mines d’uranium désaffectées. En tout, 521 mines abandonnées sont dispersées sur le territoire des Navajos. La majorité était en opération entre la 2e guerre mondiale et les années 80. Plusieurs décennies plus tard, seulement une d’entre elles a été nettoyée.

Des habitants malades

Pendant ce temps, la radiation des déchets miniers fait des ravages sur la santé des habitants. Une étude publiée par le journal Health Physics révèle que les travailleurs miniers Navajos ont un taux de cancer du poumon 29 fois plus élevé que les Navajos qui n’ont pas travaillé dans les mines. De 1969 à 1993, les 2 tiers des nouveaux cas de cancers du poumon chez les hommes Navajos affectaient les travailleurs miniers.

Pendant ce temps, les enfants des mineurs sont aussi touchés. La consommation d’eau contaminée a engendré plusieurs problèmes de santé. Des cas de cancers du rein notamment ont été répertoriés dans plusieurs familles résidant près de puits infectés. Ces puits ont été fermés à la consommation par l’Environmental Protection Agency (EPA), ce qui amène les résidents à devoir se déplacer sur plusieurs kilomètres afin d’accéder à de l’eau potable.

Qui devra payer la facture?

Avec des coûts faramineux de nettoyage, évalués à plusieurs centaines de millions de dollars par mine, tant le gouvernement que les entreprises ne se précipitent pas pour payer les factures. D’un coté on demande aux entreprises de financer le nettoyage et de l’autre, les compagnies minières (quand elles existent encore) considèrent que c’est au gouvernement de payer lorsqu’il est question de mines où l’uranium a servi à la production d’armes nucléaires.  

Le gouvernement fédéral a d’ailleurs promis à maintes reprises le nettoyage des mines, mais avec les budgets actuels il faudra encore plusieurs générations, voir des centaines d’années, avant que ce soit complété. Les Navajos devront donc attendre encore longtemps avant de retrouver une terre saine où ils pourront vivre en santé et boire l’eau de leurs puits.

Pour en savoir plus sur le dossier des Navajos :  http://bit.ly/1so3k31